La maison autonome : qu’est-ce que c’est ?

Pour bien comprendre le concept de la maison autonome, prenons l’exemple de l’être humain. Ce dernier obtient son énergie de ce qu’il ingère comme alimentation, ce qui lui confère un fonctionnement autonome dans la mesure où il est capable de produire sa propre énergie. Imaginez maintenant une habitation énergétiquement indépendante et qui vous permet d’épargner de l’énergie et les frais qui en découlent. C’est ainsi que la maison autonome peut être définie. Comment fonctionne-t-elle ? et Comment la mettre en place ? sont toutes des questions qui trouveront des réponses par la suite.

maison-autonome

Qu’est-ce qu’une maison autonome ?

Une maison autonome est une demeure qui produit elle-même de l’énergie, dont elle a besoin. De ce fait, elle est indépendante sur le plan énergétique et élimine le recours à une source externe pour s’approvisionner en énergie. Aussi inconcevable que ce concept puisse vous sembler, ce type d’habitation est le synonyme de la demeure parfaite, dont l’autonomie et l’économie énergétique sont les battements de son cœur.

Elle fait partie des axes principaux de la maison passive. A l’instar de la maison bioclimatique, la maison HQE ou encore la maison domotique, cette maison emprunte diverses caractéristiques pour en faire ses points forts. Ainsi, elle assure une économie énergétique comme la maison bioclimatique, une écologie énergétique irréprochable comme la maison HQE et une domotique confortable comme la maison domotique, tout en étant autonome.

La maison autonome : le fonctionnement

Une maison autonome assure une satisfaction énergétique sans aucun recours à la moindre source extérieure, comme le soleil, l’eau ou le vent, sans compter que sa consommation est tellement réduite que son besoin en chauffage est quasi-nul. D’ailleurs, elle ne consomme que 15 kWh/m2/an.

L’autonomie de ce type de logement repose sur la force de son isolation intérieure et extérieure. Celle-ci ne peut être assurée sans une grande épaisseur des murs, un triple vitrage, des murs et des planchers chauffant aux rayons solaires ainsi qu’une toiture végétalisée.

Un logis n’est autonome que si sa gestion d’eau l’est tout autant. Ainsi, elle possède un système de collecte des eaux de pluie, de traitement et d’épuration des eaux usées et de procédés de chauffage sanitaire de ces eaux. D’ailleurs, malgré une interdiction de l’utilisation des eaux de pluies filtrées en tant qu’eau potable, en France notamment, ces eaux-là peuvent servir à la douche, à laver la vaisselle ou le linge, à irriguer le jardin ou à laver la voiture.

En dernier lieu, n’oubliez jamais qu’avec une maison autonome, le coût de la consommation énergétique sera tellement bas que vous ne croirez jamais vos yeux. Vivre de manière écologique c’est aussi protéger votre portefeuille. D’ailleurs, votre facture d’énergie ne va jamais surpasser les 500€ par an.

Que ce soit une maison bioclimatique, HQE, domotique ou autonome, la construction de l’habitation idéale est celle dont le fonctionnement respecte l’environnement, aime la nature et tire sa force de ses énergies et de son écologie. Pour pouvoir vivre sur terre en parfaite harmonie avec ses éléments, il est indispensable de vivre dans une maison écologique.